Focus sur le métier de podologue

Focus sur le métier de podologue

Un podologue est un praticien en pédicurie et en podologie. Le podologue ou pédicure-podologue, en France, traite les affections épidermiques et unguéales du pied ainsi que ses troubles statiques et dynamiques.

Le podologue cumule ainsi deux activités complémentaires :

  • en pédicurie, une activité de soins. Ces soins visent à prévenir, à déceler et à traiter les pathologies congénitales ou acquises entraînant des affections épidermiques et unguéales;
  • en podologie, une activité de conception et d'adaptation d'orthèses sur mesure (orthèses plantaires fonctionnelles ou de confort (semelles orthopédiques), orthèses d'orteils (orthoplasties), orthèses unguéales (orthonyxies) et prothèses unguéales (onychoplasties)).

    En France

    Selon les dispositions applicables depuis la rentrée 2012, les études pour devenir podologue sont faites dans des instituts de formation paramédicale ayant une convention avec une université. D’une durée de trois ans (six semestres), elles sont sanctionnées par le diplôme d’État de pédicure-podologue.

    La formation alterne entre une formation théorique et pratique réalisées dans les instituts de formation (6 258 heures) et une de formation clinique réalisée sur les lieux d’exercice des pédicures-podologues et dans la clinique de l’institut (4 230 heures). Elle est constituée de six domaines de formation composés de cinquante-neuf unités d’enseignement (UE) correspondant à un certain nombre de crédits ECTS. Les six domaines sont :

    1. sciences physiques, médicales et biologiques.
    2. sciences humaines, sociales, droit et gestion.
    3. sciences et fondements de la pédicurie-podologie.
    4. pratiques cliniques et thérapeutiques en pédicurie-podologie.
    5. méthodes et outils de travail.
    6. intégration des savoirs et développement professionnel du pédicure-podologue.

    Le passage de première en deuxième année s’effectue par la validation des semestres 1 et 2 ou par la validation d’un semestre complet, ou encore par la validation des unités d’enseignement équivalant à 48 crédits sur 60, répartis sur les deux semestres de formation. Le passage de deuxième année en troisième année s’effectue par la validation des semestres 1, 2, 3 et 4 ou par la validation des semestres 1 et 2 et d’un des deux semestres 3 et 4, ou encore par la validation des deux premiers semestres et la validation des unités d’enseignement et des stages représentant 48 à 60 crédits répartis sur les semestres 3 et 4. Les étudiants ayant validé les cinq premiers semestres de formation et ayant effectué la totalité des épreuves et des stages prévus pour la validation du semestre 6 sont autorisés à se présenter devant le jury régional d’attribution du diplôme d’État de pédicure-podologue. Le jury d’attribution du diplôme d’État se prononce au vu de l’ensemble du dossier de l’étudiant. Les candidats ayant acquis l’ensemble des connaissances et des compétences sont déclarés reçus au diplôme d’État de pédicure-podologue et obtiennent les 180 crédits correspondants.

    Pratique du métier

    En France

    En France, il s'agit d'une profession paramédicale à compétences définies.

    Le pédicure-podologue intervient sur les manifestations des affections cutanées, statiques et dynamiques du pied, et leurs interactions avec l'appareil locomoteur, à partir d'un diagnostic qu'il a préalablement établi, dans le domaine de la pédicurie-podologie. Le pédicure-podologue prescrit, confectionne ou adapte des dispositifs médicaux podologiques externes applicables au niveau du pied. Il prescrit et applique des topiques et des pansements. Le pédicure-podologue réalise des activités en matière de prévention, de formation, d'éducation et de recherche.

    Une installation en cabinet libéral nécessite des investissements en matériel et plateau technique de l'ordre de 20 000 .

    Le revenu moyen d'un pédicure-podologue est de l'ordre de 30 000 €  (statistique 2010).

    Pour se présenter au concours il faut :

    • Être âgé d'au moins 17 ans au 31 décembre de l'année des épreuves d'admission.
    • Être titulaire du baccalauréat français
      • ou d'un titre équivalent légalement admis
      • ou d'une attestation de réussite à l'examen spécial d'entrée à l'université,
      • ou d'un diplôme d'accès aux études universitaires ;
    • Ou pouvoir justifier d'une expérience professionnelle de cinq ans ayant donné lieu à cotisations à la sécurité sociale.

    Le concours : les épreuves d'admission comprennent :

    • Une épreuve de biologie d'une durée de deux heures notée sur 40. Le programme de cette épreuve est celui de première et terminale scientifique.
    • Les instituts peuvent organiser une épreuve complémentaire, tests psychotechniques ou entretien.

    Les candidats sont admis en fonction de leur rang de placement, la note zéro étant éliminatoire.

    Si les candidats présentent le concours pendant leur année de terminale, l'admission est subordonnée à l'obtention du baccalauréat.

    La quasi-totalité des candidats font une année préparatoire aux concours (pendant laquelle ils ne bénéficient pas du statut étudiant)

    Les candidats sont admis en fonction de leur rang de classement.

    Attention : la sélection est sévère !

    L'admission définitive est subordonnée à la production d'un certificat médical émanant d'un médecin agréé attestant :

    • Que le candidat n'est atteint d'aucune affection physique ou psychologique incompatible avec l'exercice de la profession ;
    • Des vaccinations antitétanique, antidiphtérique, antipoliomyélitique et antityphoïdique et anti hépatite B. Il doit également préciser que le candidat a subi un test tuberculinique et qu'il est positif ou que deux tentatives infructueuses de vaccination par le BCG ont été effectuées.

     

    Dispenses d'épreuves d'admission et dispenses partielles de scolarité :

    Se reporter à l'arrêté du 5 juillet 2012 relatif au DE de pédicure-podologue notamment aux articles 24, 25 et 26.

    L’article 24 dispose « Les titulaires d’un des diplômes mentionnés aux titres Ier à VII du livre III de la quatrième partie du code de la santé publique, du diplôme d’Etat de sage-femme, d’une licence ainsi que les personnes ayant accompli et validé les quatre premiers semestres des études en vue du diplôme de formation générale en sciences médicales peuvent se voir dispensés des épreuves d’admission et de la validation d’une partie des unités d’enseignement de la première et de la deuxième année par le directeur de l’institut après décision de la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des étudiants et comparaison entre la formation qu’ils ont suivie et les unités d’enseignement composant le programme du diplôme d’Etat de pédicure-podologue. [….]

    Sont concernées par les titres Ier à VII du livre III de la quatrième partie du code de la santé publique, les professions d’infirmiers ou d’infirmière, de masseur-kinésithérapeute et de pédicure-podologue, d’ergothérapeute et de psychomotricien , d’orthophoniste et d’orthoptiste, de manipulateur d’électroradiologie médicale et de technicien de laboratoire médical , d’audioprothésiste  , d’opticien-lunetier , de prothésiste et d’orthésiste pour l’appareillage des personnes handicapées et de diététicien.

    L’article 25 prévoit que « Peuvent être dispensés d’une partie des enseignements théoriques ou des périodes de formation clinique pratiques les titulaires d’un titre de formation de pédicure-podologue délivré par un Etat membre de l’Union européenne ou un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen dans lequel la formation n’est pas règlementée ou présente des différences substantielles avec la formation menant au diplôme d’Etat français de pédicure-podologue et qui à ce titre ne peuvent bénéficier d’une autorisation d’exercice délivrée par la DRJSCS. »

    Quant à l’article 26, il dispose que " Les titulaires d’un diplôme de pédicure-podologue ou autre titre ou certificat permettant l’exercice de la profession de pédicure-podologue obtenu en dehors d’un Etat membre de l’Union européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen ou de la Principauté d’Andorre ou de la Confédération suisse peuvent bénéficier, sous réserve de réussite aux épreuves de sélection prévues à l’article 29, d’une dispense de scolarité pour l’obtention du diplôme d’Etat de pédicure-podologue."

    Les études :

    Le programme d'étude est fixé par décret ministériel. La dernière réingénierie du diplôme est en application depuis le 1er septembre 2012.

    Les études sont réparties sur trois ans. Ces trois années comportent :

    • Des enseignements théoriques
    • Des enseignements pratiques dont des activités de soins (soins pédicuraux, examen clinique, orthèses) prodigués à des patients dans des centres de soins au sein des instituts de formation.
    • Des stages hospitaliers et des stages chez les professionnels.A présent, je pense que vous êtes incollables sur le métier et les modalités d'accès à cette profession !!

     

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com